Actualités

Le ton est donné pour le premier budget du gouvernement de Philippe Couillard, le 4 juin

30 mai 2014

Un article publié dans Tourismexpress

Lors de son discours d’ouverture aux Assises du tourisme, le 13 mai dernier, la ministre du Tourisme, Dominique Vien, a été on ne peut plus claire, alors qu’elle abordait la situation des finances publiques du Québec, en affirmant qu’elle «avait aussi le mandat de représenter les contribuables du Québec». Pour ensuite ajouter «que nous sommes dans une situation budgétaire précaire. L’atteinte de l’équilibre budgétaire pour 2015-2016, ce n’est pas une option, c’est une obligation. Ça va demander des efforts que nous ferons de façon intelligente».
 
De plus, lors du lancement de la saison des évènements majeurs par le RÉMI, le 25 mai dernier, la ministre déclarait «Le RÉMI aura les sous nécessaires pour entamer la saison estivale et automnale, pour réaliser finalement ce qu’ils avaient sur la table à dessin», toutefois la ministre précise que «Pour la suite des choses, je ne suis pas en mesure de vous en donner davantage parce que j’ai un travail à faire». C’est donc dire que toutes les options sont sur la table!
 
J’ai beau me creuser les méninges, mais je ne me rappelle pas, après plus de 25 années dans l’industrie touristique, qu’un ou qu’une ministre du Tourisme ait tenu sur la place publique, un discours  qui ne fait aucun doute sur les intentions d’un gouvernement en matière de finances publiques.
 
Ajoutons à cela, l’envolée des ballons politiques des derniers jours pour tester la population : privatisation en partie de la SAQ et/ou d’Hydro-Québec, tarification dans les CPE en fonction des revenus des parents, report sur 15 ans de la généreuse augmentation accordée aux médecins spécialistes. Ballons d’essais qui parfois se dégonflent aussitôt, mais qui sont quand même d’excellents indicateurs sur la teneur des réflexions dans les hautes sphères de l’État québécois. À l’aube du 1er budget du gouvernement Couillard, le 4 juin, le ton est assurément donné.

Pour lire la suite, cliquez ici.

Source : Louis Rome, Rédacteur en chef, Tourismexpress