Actualités

Les vertus de la transparence

7 décembre 2017

Extrait du blog de Frédéric Gonzalo, conférencier et stratège cumulant plus de 20 années d’expérience en marketing et communications touristiques.

«J’ai eu le plaisir de participer à la 7e édition de la Semaine des Réseaux Sociaux à Québec, qui se tenait du 6 au 10 novembre dernier, culminant par une journée de conférences portant sur les influenceurs et le marketing d’influence.

Influenceur, un rôle qui vient avec des responsabilités

Ce fut d’ailleurs un des sujets abordés lors du deuxième et dernier panel de cette journée de conférences, panel que j’ai eu le plaisir d’animer. Parmi les invités: Olivier Primeau (BeachClub), David Maman, Maxim Potvin (Le Cahier), Fanny Yockell et Billy Rioux.

Ici encore, plusieurs sujets chauds auront été abordés, notamment: qui approche qui entre l’entreprise, l’agent et l’influenceur (si celui-ci ou celle-ci a un agent, bien sûr), les modes de rémunération, ce qu’on aime ou pas dans une entente avec des entreprises, ce qui motive les influenceurs à générer du contenu sur leur plateforme – YouTube, Instagram, Snapchat, etc.

La discussion s’est quelque peu réchauffée au moment de la session de questions et réponses, lorsqu’une participante dans la salle a demandé si et comment les influenceurs déclarent leur contenu lorsque celui-ci est commandité ou payé par une entreprise. On entrait alors dans la sphère litigueuse des nouvelles conditions qui seront bientôt en vigueur et appliquées par le Code canadien des normes de la publicité

 

Pour le billet complet, cliquez ici.

Source : Frédéric Gonzalo