Actualités

Memphrémagog veut devenir le fleuron touristique du Québec

29 mai 2018

La nouvelle équipe de direction de Tourisme Memphrémagog n’est en place que depuis quelques mois à peine, mais elle clame déjà haut et fort que la région doit retrouver ses lettres de noblesse et devenir le fleuron touristique de la province.

L’arrivée du président du conseil d’administration de Tourisme Memphrémagog, Yannick Beaupertuis (Estrimont et Owl’s Head), a marqué le début du processus de restructuration. Lui-même cumulant près de 20 années d’expérience dans l’industrie touristique québécoise (Montréal et Mont-Tremblant notamment), il recrute un directeur général (Éric Verreault) ayant 25 années d’expérience dans le milieu dans quelques régions de la province.

En prime, M. Verreault connaît bien la région pour y avoir habité et travaillé de 1987 à 1998. Il a notamment été le coordonnateur de la première Fête des vendanges Magog-Orford, en plus d’avoir œuvré au sein de la défunte Corporation touristique Magog-Orford. Sans se connaître au départ, ils partagent la même vision de développement touristique. Rapidement, ils s’entendent avec les administrateurs de Tourisme Memphrémagog et de la Fête des vendanges pour fusionner des services administratifs, comme la direction générale avec M. Verreault, le bureau et les responsables des communications.

Les deux dirigeants caressent de grandes ambitions, mais admettent que leur organisation n’a pas les moyens financiers pour atteindre son but, en l’occurrence devenir la référence touristique dans la province. En termes de visiteurs, M. Beaupertuis souhaite que Memphrémagog aide les Cantons-de-l’Est à doubler Charlevoix et les Laurentides aux 3e et 4e rangs, et ce, après Montréal et Québec.

«On peut y arriver, mais on doit d’abord ériger de solides bases, se mobiliser et travailler collectivement», annonce le président.

M. Verreault, qui a déjà entendu cet objectif par le passé dans la région, croit cependant que cette nouvelle relance est la bonne. «Nous avons l’expertise et le bagage pour réussir. Nous savons où nous voulons aller, mais le nerf de la guerre demeure le financement», assure-t-il.

Outre les fonds à obtenir, les défis sont nombreux. Tourisme Memphrémagog doit rapidement se retrousser les manches même si la beauté des paysages et les nombreuses activités proposées attirent encore des visiteurs. Un document de réflexion de cet organisme rappelle que d’autres «destinations ont progressé rapidement et sont très organisées pour la promotion et le développement, ce qui fait ombrage à notre région depuis un certain nombre d’années. Si le produit est toujours attrayant, il a cependant besoin d’être amélioré et adapté afin de prendre sa place de leader sur l’échiquier touristique québécois», lit-on.

Éric Verreault effectue un retour aux sources dans Memphrémagog.

Un véritable office du tourisme

Pour le relever le défi, Tourisme Memphrémagog souhaite créer un véritable office du tourisme afin de gérer le développement, l’accueil et la promotion touristique, en plus d’offrir un service d’accompagnement aux membres. Ces actions ne sont pas assurées actuellement par cet organisme, faute de moyens.S’ajoutent de sérieux efforts pour attirer des congrès de 600 personnes et plus, voire des colloques internationaux, ce qui ne se fait pas actuellement. «Nous avons une immense capacité d’accueil inutilisée, car les hôtels ne travaillent pas ensemble. On doit imiter Tremblant qui réussit à concurrencer les centres de congrès de Montréal et de Québec, car les hôtels s’unissent pour attirer les grands groupes et la clientèle internationale», suggère M. Beaupertuis.

L’objectif de Tourisme Memphrémagog consiste à doubler ses membres, soit de passer de 230 à 400. Ses dirigeants souhaitent également convaincre les élus municipaux et provinciaux de contribuer davantage afin de leur donner les moyens de leurs ambitions. En d’autres termes, ils rêvent à des aides financières récurrentes, un peu comme Sherbrooke qui alimente annuellement Destination Sherbrooke.

«On va y arriver, car Memphrémagog représente l’avenir touristique au Québec. Nous bénéficions de tous les avantages et les investisseurs commencent à s’en rendre compte», dit-il, en pensant à la relance d’Owl’s Head et aux investissements d’André L’Espérance à l’Espace 4 Saisons et à L’Étoile-sur-le-Lac.

(…)

Pour en savoir plus.

Extrait de l’article de Dany Jacques paru le 23 mai 2018 pour Le Reflet du Lac en ligne.