Actualités

Réflexions sur le tourisme responsable

10 octobre 2013

Une collaboration spéciale de Frédéric Gonzalo pour Tourismexpress

Qu’est-ce que le tourisme responsable? Permettez tout d’abord un petit rappel, question de cadrer la définition du tourisme responsable, un terme que certains tendent à confondre avec le tourisme durable. En fait, quand il est question de développement durable, on touche habituellement aux trois piliers fondamentaux :

SOCIAL

Dans la plupart des projets de développements touristiques, des habitants sont interpellés par les changements à venir. Lorsqu’un méga-développement est prévu sur un bord de mer, quel impact peut-il y avoit pour les communautés de pêcheurs ou villageois? Dans le projet du Massif de Charlevoix, par exemple, les habitants de Baie-Saint-Paul et de Petite-Rivière-St-François sont particulièrement interpellés par le développement: expansion immobilière, nouveau réseau d’aqueduc, traffic en croissance dans la région, etc.

ENVIRONNEMENTAL

Lors qu’il est question de tourisme durable, ou responsable, on ne voit souvent que l’aspect « vert ». La composante écologique est certes importante, mais elle n’est pas la seule. On doit assurer le respect de la flore et de la faune, surtout dans certains environnements fragiles où un trafic croissant de touristes peut avoir un impact négatif. Pensons aux exemples du Macchu Pichu (Pérou), du Grand Canyon (États-Unis) ou encore de la Grande pyramide (Égypte) qui ont dû limiter l’accès aux visiteurs en raison d’impact négatif sur les structures naturelles des lieux.

ÉCONOMIQUE

Enfin, les résidents peuvent parfois résister aux changements provenant d’un développement, et celui-ci peut aussi avoir un impact négatif sur l’environnement naturel d’un lieu ou d’une région, mais il importe de considérer aussi la composante économique. Dans certaines régions du monde, un nouvel investissement dans un projet récréotouristique peut parfois signifier la survie de la communauté et amener un essor économique, créateur d’emplois et de richesse pour l’ensemble du pays. Le tourisme responsable repose ainsi sur ces trois piliers, en y ajoutant la notion d’imputabilité. Quel rôle doit jouer le touriste, le prestataire touristique et la destination? Quel rôle pour les instances gouvernementales? On y ajoutera enfin des éléments éthique tels que la volonté d’impliquer les communautés locales dans la prise de décision, la recherche de compensation juste pour toutes les parties impliquées dans la prestation touristique, et la poursuite de rencontres authentiques entre citoyens locaux et touristes.

Lire la suite.

Source : Frédéric Gonzalo, collaboration spéciale pour Tourismexpress.