Actualités

Shawinigan a basculé vers le tourisme d’affaires il y a trois ans

21 février 2011

19 février 2011 Article rédigé par Réginald Harvey, Le Devoir

« Chez nous, les forfaits sont beaucoup moins chers que dans les grands centres »

Shawinigan accueillera les Jeux d’été du Québec en 2012 et tente actuellement d’obtenir la présentation du tournoi de hockey junior en vue de l’obtention de la coupe Memorial durant la même année. Dans un tout autre domaine, l’Association québécoise des professeurs de français (AQPF) tiendra ses prochaines assises annuelles dans cette même ville dite « énergique », en novembre prochain.

Shawinigan, il va sans dire, est aujourd’hui dotée de structures d’accueil et d’équipements adéquats, qui servent au déroulement de manifestations de l’envergure de jeux d’été ou d’un tournoi national de hockey. Il y a notamment dans ces lieux un centre des congrès, un amphithéâtre moderne et récent doté de 4000 sièges (Centre Bionest), une importante salle de spectacle, un établissement collégial multiressource et un réseau hôtelier de trois étoiles ou plus.

Depuis trois ans, les divers intervenants de ce milieu urbain présents dans l’industrie touristique ont travaillé très fort pour la mise sur pied du Bureau des congrès destiné au démarchage pour de tels évènements, comme le rapporte Sylvia Bouchard, déléguée commerciale au Bureau de foires et congrès du Centre local de développement (CLD) de Shawinigan : « On possède toutes les infrastructures pour recevoir du tourisme d’affaires, mais c’était seulement le tourisme d’agrément qui était mis en valeur. »

La Ville et le CLD ont réuni autour d’eux des partenaires qui versent une cotisation de base nécessaire au financement des activités de marketing. Les efforts ont porté fruit : « Pour le rendez-vous annuel des profs de français, on va recevoir durant deux jours 750 congressistes l’automne prochain. »

« Au début, on ne sortait pas à l’extérieur pour vendre notre région, mais maintenant on se rend dans les différents salons d’évènements corporatifs, associatifs ou gouvernementaux. Par la suite, on reçoit les gens chez nous et on leur démontre quelles sont nos capacités d’hébergement et aussi celles qui existent sur le plan des infrastructures pour recevoir de gros évènements », signale la déléguée.

L’exotisme régional est en vogue

Les attraits naturels et les infrastructures adéquates font évidemment partie des arguments promotionnels avancés pour attirer les groupes à Shawinigan, mais il y a un autre facteur qui entre en ligne de compte : « Les congressistes qui viennent ici découvrent une région et c’est bon qu’il en soit ainsi. Il y a souvent plus d’inscriptions dans les congrès qui se tiennent en région que dans ceux qui se déroulent dans les grands pôles urbains; les organisateurs nous le disent. Les gens viennent chercher l’aventure en même temps que le côté utilitaire; on leur offre des forfaits et les accompagnements requis dans ce sens-là. »

Les visiteurs sont traités aux petits soins : « On multiplie les activités à leur endroit et on les traite comme des VIP. C’est convivial et on essaie de mettre beaucoup l’accent sur cet aspect. » Les régions offrent un autre avantage non négligeable, fait encore valoir Mme Bouchard.

« Chez nous et ailleurs, les forfaits sont beaucoup moins chers que dans les grands centres; les stationnements sont gratuits. De la sorte, la valeur du dollar est maximisée, ce qui dégage un espace financier pour se livrer à d’autres activités. »