Actualités

Tourisme d’affaires : Le secteur veut faire reconnaître sa contribution

26 octobre 2015

Le tourisme d’affaires serait redevable de 60 % de la taxe d’hébergement

« Développer […] le tourisme d’affaires et de congrès et le tourisme au nord du 49e parallèle. » Il aura suffi d’une courte ligne inscrite noir sur blanc dans le Plan de développement de l’industrie touristique pour mettre l’Association des professionnels en congrès du Québec sur la carte de la reconnaissance. La sienne et celle de tout un secteur. Un secteur qui souffre toutefois d’un portrait chiffré approximatif. Premier dossier à mettre en branle.

La reconnaissance…

« Entre le moment où nous avons déposé notre mémoire et le Plan de développement de l’industrie touristique 2012-2020 du ministère, un point dans les stratégies de développement nous concernant est apparu : le tourisme d’affaires et de congrès. Une première dans l’histoire du ministère du Tourisme ! » se réjouit Steeve Gagné, président de l’Association des professionnels en congrès du Québec (APCQ). Cet ajout n’est pourtant pas apparu du jour au lendemain. La ministre du Tourisme, Mme Dominique Vien, a pris le temps de consulter à maintes reprises l’ensemble du milieu. Comment les choses vont-elles s’articuler maintenant ? C’est l’une des grandes questions que se pose l’association. « Jusqu’à présent, de près ou de loin, chaque intervenant du secteur du tourisme d’affaires et de congrès est dans son silo avec les deux grandes têtes de pont, Montréal et Québec. Sans compter les tierces parties qui se sont beaucoup développées ces dernières années, à savoir des firmes privées ou des entreprises individuelles », commente M. Gagné.

D’un secteur qui rapporte de l’argent

Selon le bilan statistique 2014 que l’association a communiqué le 8 octobre dernier, « chaque jour, il se tient en moyenne huit évènements en tourisme d’affaires dans l’une ou l’autre de nos destinations membres [l’association fonctionne sur une cotisation volontaire et compte plus d’une trentaine de destinations membres]. La dépense touristique totale considérée est de 164 676 000 $, ce qui représente un gain régional moyen de 84 710 $ par activité. Notre association couvrant la quasi-totalité du territoire québécois, c’est donc un apport économique hebdomadaire moyen de 3,2 millions dans les régions du Québec. » Mais ces dollars générés par les activités de congrès ou d’évènements (à savoir les colloques, les réunions d’affaires, les formations, mais aussi les compétitions sportives, les expositions, les salons, les festivals, etc.) ne sont rien par rapport à la réalité. « Ces résultats sont basés sur des mesures jugées imparfaites, chacun y allant de sa méthode. Dans les faits, les retombées du secteur sur les économies régionales sont plus importantes », relève Steeve Gagné.

Lire la suite.

Source : Le Devoir, Tourisme Destinations Affaires Cahier spécial octobre 2015.

Photo : source Tourisme Montérégie.