Actualités

Tourisme d’affaires : un des 5 chantiers pour l’avenir du tourisme à Montréal

28 octobre 2013

La campagne électorale tire déjà à sa fin, mais les principaux candidats ont été peu bavards sur leur vision du tourisme dans la métropole. C’est du moins ce que souligne Tourisme Montréal qui, tout en les invitant à se prononcer sur la question, propose des pistes de solution pour assurer le développement de l’industrie. Le président-directeur général de Tourisme Montréal, Yves Lalumière, adresse une lettre aux aspirants maires. Que voici :

Depuis le déclenchement des élections à Montréal, les médias interrogent les candidats sur leur vision de notre ville, leur programme et leurs projets. Lors d’un récent forum télévisé, quatre candidats ont eu l’occasion de répondre à de nombreuses questions du public. L’intérêt pour Montréal y était palpable. Montréal serait-elle à un tournant décisif pour son avenir? C’est ce que porte à croire l’intérêt des médias et de la population pour cette campagne.

Quatrième secteur économique en importance de la métropole et soutenant plus de 47 000 emplois dans la province, le tourisme est un enjeu de taille qui a été peu abordé jusqu’à maintenant. En 2012, Montréal a accueilli 8,3 millions de touristes qui ont dépensé 2,4 milliards de dollars. Au fil des ans, Montréal s’est bâti une personnalité et une réputation en investissant notamment dans son produit touristique, ses infrastructures et ses équipements.

À Tourisme Montréal, nous mobilisons tout le secteur touristique dans un effort concerté de commercialisation et d’accueil sur les marchés des voyages d’agrément et d’affaires. Nous créons des occasions d’affaires pour nos membres et des retombées économiques pour la grande région métropolitaine.

Dans cette optique, nous souhaitons mettre le tourisme à l’ordre du jour en proposant cinq chantiers qui permettront de développer encore davantage la spécificité et l’attractivité de Montréal, cette ville que nous habitons et qui nous tient à cœur.

1) Poursuivre le développement du tourisme d’affaires

Secteur très compétitif, la clientèle du tourisme d’affaires est fort recherchée par les grandes villes du monde. Montréal ne fait pas exception à la règle et ses efforts ont jusqu’à maintenant porté leurs fruits. En effet, Montréal est actuellement la première destination en Amérique du Nord pour l’accueil d’évènements associatifs internationaux.

Nous allons certes continuer dans cette direction; l’avenir s’annonce prometteur dans le secteur des congrès. Une seule ombre au tableau : notre Palais des congrès est devenu trop petit pour faire concurrence à plusieurs villes américaines. Selon les prévisions, le carnet de commandes du Palais sera saturé en 2015-2016. Voilà pourquoi il est primordial d’investir dans l’agrandissement du Palais des congrès. Nous pourrons dès lors accueillir des évènements internationaux d’envergure qui nous échappent en ce moment. De plus, la proximité du nouveau CHUM favorisera la venue de congrès et de réunions d’affaires du domaine de la santé, un des secteurs les plus prisés de cette industrie.

2) Maintenir les investissements dans les équipements touristiques 

Montréal possède et exploite déjà plusieurs équipements qui attirent de nombreux touristes. Pensons au Parc Jean-Drapeau ou au Jardin botanique, à l’Insectarium, au Planétarium et au Biodôme qui forment l’Espace pour la vie. Grandement fréquentées par les voyageurs et bénéficiant également aux Montréalais, ces installations doivent être valorisées et développées. En ce sens, la ville de Montréal doit continuer à investir pour maintenir, mais également pour enrichir son offre.

Il ne faut surtout pas oublier le Parc olympique, un véritable symbole de Montréal qui mérite qu’on lui accorde une importance particulière. La réfection du toit de son légendaire Stade devrait d’ailleurs être une priorité collective.

Également, l’agrandissement du Musée Pointe-à-Callière pour former une véritable Cité d’archéologie et d’histoire devrait être une priorité pour le prochain maire de Montréal. Ce  projet d’envergure contribuera à la mise en valeur et au rayonnement de l’histoire et de l’ADN de Montréal.

3) Miser sur la qualité de vie, l’aménagement urbain et la sécurité de Montréal

Parmi les facteurs distinctifs de Montréal, il y a sa qualité de vie et sa sécurité. Bon nombre d’étrangers ont choisi de s’établir à Montréal pour ces raisons. Pensons-y un instant : Montréal est une ville francophone, bilingue et multiethnique, située à un jet de pierre des grandes villes américaines. On y trouve une main-d’œuvre qualifiée, des universités avec une vie étudiante en pleine effervescence et des centres de recherche de haut calibre. La vie culturelle est intense l’année durant. Que demander de mieux?

Montréal est aussi une ville très sécuritaire. Au sein des foules du Festival de jazz, des Francofolies, du Festival Juste pour rire et d’autres manifestations populaires, le touriste se sent en sécurité.

Enfin, Montréal doit consacrer les sommes nécessaires à un mobilier urbain de qualité – nos talentueux créateurs et designers n’attendent que notre invitation – et à l’amélioration de ses places publiques. Le Quartier des spectacles et sa place des Festivals ont donné un souffle nouveau au pôle artistique de la Place des arts. L’aménagement de la place d’Armes et l’aménagement urbain du Quartier international, pour ne nommer que ces deux projets, contribuent directement à l’attractivité de notre ville.

4) Poursuivre la réfection des infrastructures

Aussi désagréable qu’elle puisse être pour les Montréalais, la réfection des infrastructures souterraines et de surface est absolument nécessaire. Après tout, on ne reçoit pas des invités chez soi quand le ménage n’est pas fait et que la plomberie est défectueuse. Sur cet aspect, la Ville a consenti et consent encore des efforts considérables. C’est assurément à poursuivre.

5) Mener à terme de grands projets pour Montréal

Ces dernières années, Montréal s’est développée, transformée, embellie et dynamisée, notamment par l’ajout de grands équipements municipaux, de culture et de tourisme. Nous devons poursuivre dans cette voie, afin que l’industrie touristique se développe et puisse constituer l’un des moteurs les plus puissants du développement économique de Montréal.

Ces prochaines années, la métropole a de grands projets à réaliser : aménager une gare maritime moderne, terminer la portion Est du Quartier des spectacles, doter Montréal d’un lien rapide entre le centre-ville et l’aéroport, agrandir le Musée d’art contemporain, amorcer le Quartier de l’innovation et développer le Vieux-Port. La liste est longue.

À Tourisme Montréal, nous sentons une réelle effervescence au sein de la communauté des affaires et du milieu touristique. Les Montréalais sont sur la ligne de départ et ont de grandes ambitions pour leur ville, le futur maire sera-t-il à la hauteur?

En plus de l’assainissement des finances publiques, nous devons collectivement adopter une vision pour Montréal et nous doter d’un plan pour concrétiser cette vision.

Le prochain maire sera le principal maître d’œuvre de cet ambitieux plan pour Montréal. Ne le choisissons pas à la légère.

Lettre signée par Yves Lalumière, Président-directeur général, Tourisme Montréal.

Source : Tourisme Montréal