Actualités

Un colloque pour les villes qui veulent protéger leurs berges

18 avril 2013

17 avril 2013 – Article rédigé par Radio-Canada.ca

La ville de Shawinigan accueille le premier colloque mauricien « Eau et municipalités ». Une rencontre où les participants étudient les nouvelles responsabilités des municipalités en matière de développement durable, particulièrement la protection de l’eau.

Les ateliers du colloque portent entre autres sur la renaturalisation et la protection des bandes riveraines.

Le maire de Shawinigan Michel Angers est le président d’honneur du colloque "Eau Municipalité". Depuis 2011, sa ville a resserré les normes dans le but de protéger l’eau douce sur son territoire. Son objectif est de « s’assurer que chacun des lacs de la ville de Shawinigan, ainsi que la rivière Saint-Maurice, puisse être protégé de l’érosion des berges. »

Jean-François Girard est un avocat spécialisé en biologie. Selon lui, les municipalités doivent prendre le taureau par les cornes et resserrer la vis sur leur règlementation sur les bandes riveraines. « Il y a vraiment un intérêt collectif à intervenir, croit-il. Un lac qui est assailli par les algues bleues dans une région de villégiature, quel impact est-ce que ça a sur l’économie de la région? Ça la fait chuter! »

La réglementation sur les bandes riveraines a beaucoup changé dans les dernières années. Par exemple, sur le bord des cours d’eau, la bande riveraine doit aujourd’hui avoir au moins dix mètres de protection végétale.

Une mesure à laquelle essaient de se conformer plusieurs résidents, comme Gilles Crochetière, qui habite sur les berges du Saint-Maurice depuis trente ans. Il compte maintenant reboiser son terrain. « C’est sûr que je ne suis pas encore dans les normes du gouvernement, admet-il, mais je compte y arriver. »