Actualités

Un nouveau modèle d’affaires et de gouvernance en tourisme pour appuyer les entreprises et enrichir les régions

27 octobre 2015

Dans le cadre des Assises du tourisme 2015, la ministre du Tourisme, ministre responsable de la région de la Chaudière-Appalaches et députée de Bellechasse, Mme Dominique Vien, a dévoilé aujourd’hui, devant plus de 500 représentants et entrepreneurs de l’industrie touristique, le nouveau modèle d’affaires et de gouvernance du tourisme au Québec.

« L’Organisation mondiale du tourisme prévoit une croissance globale annuelle de 3,3 % d’ici 2030 et le Québec doit profiter de cette croissance. C’est pour cette raison que le Plan de développement de l’industrie touristique 2012-2020 – Un itinéraire vers la croissance (PDIT) a été lancé. À mi-parcours de sa mise en œuvre, il devenait essentiel d’en évaluer la progression et les résultats. Dès mon arrivée en poste, j’ai entrepris un vaste chantier en partenariat avec l’ensemble de l’industrie. Notre réflexion nous a menés à conclure à la nécessité d’un nouveau plan d’action afin d’atteindre les cibles fixées au PDIT », a déclaré la ministre.

Le Plan d’action 2016-2020
Dans un contexte de forte concurrence entre les marchés touristiques, le Plan d’action 2016-2020 met l’accent sur la promotion touristique destinée aux marchés hors Québec tout en poursuivant le développement de l’offre. À cet effet, le plan comporte six mesures qui ont été priorisées à la suite de consultations avec l’industrie.

L’Alliance de l’industrie touristique du Québec
Une mise en marché de la destination unifiée, souple et stratégique est une demande historique de l’industrie touristique. Si le projet de loi 67, Loi visant principalement à améliorer l’encadrement de l’hébergement touristique, déposé à l’Assemblée nationale le 22 octobre 2015, est adopté, sous réserve du processus d’étude par les membres de l’Assemblée nationale, cette mise en marché pourrait être déléguée à un organisme associatif externe, l’Alliance de l’industrie touristique du Québec (AITQ). L’enveloppe totale pour la promotion touristique du Québec sur le plan international passerait alors de 13 M$ à 30 M$, soit une augmentation de 130 %.

Afin de pourvoir au financement public des activités de l’Alliance, une somme de 13 M$ serait versée annuellement par le ministère du Tourisme et 10 M$ proviendraient des associations touristiques régionales. Dans une approche de partenariat public-privé, le financement public devrait être complété par un minimum de 7 M$ provenant du milieu.

« Il nous faut compter sur une cohésion et une force de frappe accrues. Avec cette alliance, nous nous donnerions les moyens de fédérer les efforts de tous les partenaires autour d’une stratégie de marketing portant une vision commune et beaucoup plus forte », a souligné la ministre.

Pour réaliser son mandat, l’AITQ aurait, entre autres responsabilités, celle de proposer à la ministre du Tourisme, et en fonction des orientations qu’elle lui aura indiquées, l’unique stratégie de marketing pluriannuelle de la destination, accompagnée d’un plan annuel d’activités. L’organisme aurait également le mandat de coordonner l’ensemble des activités de promotion et de mise en marché de la destination québécoise sur les marchés hors Québec et d’en mesurer les retombées. Un protocole d’entente viendrait encadrer toutes les modalités, notamment afin d’en assurer la cohérence.

Lire la suite.

Source: Cabinet de la ministre du Tourisme